Actualités

Retour en Nouvelle-Calédonie du soldat Kalepo Wabete

 
 
Retour en Nouvelle-Calédonie du soldat Kalepo Wabete

A la demande de sa famille, l’Etat organise le retour des restes mortels du tirailleur kanak Kalepo Wabete sur son île natale de Tiga. Plusieurs cérémonies sont organisées, en Métropole et en Nouvelle-Calédonie.

Le soldat Kalepo

Né en 1889 sur l’île de Tiga, le tirailleur Kalepo était cultivateur à Nouméa au moment où il s’engage pour aller combattre en métropole pendant la Grande Guerre. Affecté au Bataillon Mixte du Pacifique, il fait partie du premier contingent des tirailleurs kanak, et quitte la Nouvelle-Calédonie sur le Gange, le 4 juin 1916. A son arrivée en métropole, son Bataillon travaille sur le port de Marseille au chargement et déchargement des navires à destination de l’armée d’Orient et à divers travaux d’entretien des routes et des lignes télégraphiques.

D'août à octobre 1917, le tirailleur Kalepo vit son baptême du feu lors des combats sur le front de l’Aisne. L’hiver approchant, les hommes repartent dans les camps du Sud de la France pour l’hivernage.

A partir de juin 1918, son Bataillon  participe à la bataille du Matz dans l'Oise. Début août, lors de la tentative d’enfoncement de la ligne Hunding, il prend part à l'attaque du plateau de Pasly, près de Soissons, puis aux actions en direction de l'Ailette, à l'arrière du Chemin des Dames.

Son comportement au feu lui vaut la croix de guerre avec une citation à l’ordre du Bataillon, le 25 septembre 1918.

En octobre, réuni pour la première fois avec le 164e Régiment d’Infanterie, le Bataillon Mixte du Pacifique est en première ligne, lors de la bataille de la Serre, pour la prise du village de Vesles-et-Caumont et de la ferme du Petit-Caumont, et de la cote 79 près de Laon, dans l'Aisne.

 Le tirailleur Kalepo occupe la fonction de fusilier-mitrailleur. C’est lors de ces combats, le 25 octobre 1918, qu’il tombe au champ d’honneur, pour la France. Sa tombe est transférée au cimetière de la Désolation, à Flavigny, le 2 août 1924.

L’organisation du retour

A la demande de la famille, l'Etat a donc décidé d’organiser le retour du soldat Kalepo sur sa terre natale. Outre la coordination de l'ensemble du dispositif en lien avec le gouvernement de la Nouvelle-Calédonie, la province des îles Loyauté, la province Sud, les mairies de Nouméa et de Lifou, l’Etat assure le rapatriement depuis la métropole avec notamment la mobilisation d'un avion des FANC (CASA) entre Nouméa et Tiga, la mise en place d'une escorte par la gendarmerie et la participation d'un détachement militaire pour porter et veiller le cercueil lors de chacun des temps forts, ainsi que pour rendre les honneurs funèbres militaires.

Le programme

Jeudi 2 Novembre – Nécropole nationale de la Désolation (Flavigny, Aisne) – 15h30

Exhumation de la dépouille mortelle, en présence de la famille, suivie d’une cérémonie patriotique.

Mercredi 8 novembre – Stèle du soldat inconnu, Arc de triomphe - 18h30

La Ville de Paris rend chaque année hommage aux soldats ultramarins morts pour la France  au  monument aux morts quai Henri IV. Désireuse de donner un nouvel élan à ce geste, et informée du retour du soldat Kalepo Wabete en Nouvelle-Calédonie, la Ville de Paris a souhaité rendre un hommage particulier à ce tirailleur kanak et à travers lui aux soldats ultramarins, en s’associant à la cérémonie de ravivage de la flamme à l’Arc de Triomphe.

Vendredi 10 novembre – Aéroport de La Tontouta – 13 heures

Accueil officiel du tirailleur Kalepo Wabete, en présence de la famille, des autorités de l’Etat, d’élus, d’une délégation de militaires, d’autorités coutumières et d’anciens combattants. Geste coutumier du représentant de l’Etat.

Vendredi 10 novembre -  Ko Wé Kara, Nouméa – 15 heures

Temps de recueillement en présence de la famille, des autorités civiles, militaires et coutumières.

15h Geste coutumier de l’aire Djubea Kapome vers l’aire Drehu, puis vers la chefferie du Lössi, puis vers la chefferie de Tiga.

15h30 Hommages et cérémonie religieuse œcuménique

17h Veillée du corps par des soldats des Forces armées de la Nouvelle-Calédonie

 

Samedi 11 novembre – place Bir Hakeim, Nouméa – 8h30

Cérémonie du 11-Novembre en présence de la dépouille mortelle, lecture d’un message par la famille, discours du haut-commissaire de la République en Nouvelle-Calédonie, M. Thierry Lataste

 

Samedi 11 novembre – Tiga – 12 heures

12 h  Arrivée à l’aérodrome. Cortège jusqu’à la grande chefferie de Tiga, où se déroulera un geste coutumier puis jusqu’à la chefferie du clan Iehane. Geste coutumier suivi d’un repas en commun

15 h Cérémonie funéraire au cimetière de Tiga. Honneurs funèbres militaires, geste coutumier du haut-commissaire de la République en Nouvelle-Calédonie, cérémonie religieuse puis inhumation.