Vous êtes ici :  Bienvenue sur le site de l'Etat en Nouvelle Calédonie / La Nouvelle-Calédonie / Les Elus / Communes / TOUHO

TOUHO

Le premier registre de l’état civil de droit commun de TOUHO date du 20 août 1877 et la première naissance enregistrée est celle de Zélie DINET.

Panneau-TOUHO. jpg

RP3

BP 4 98831 TOUHO

Tél : (687) 42 88 07 - 42 88 57

Fax : (687) 42 87 51

mairie-touho@canl.nc

www.commune-touho.com

mairie touho

LA COMMUNE DE  TOUHO

Hier :

Le premier registre de l’état civil de droit commun de TOUHO date du 20 août 1877 et la première naissance enregistrée est celle de Zélie DINET. L’officier d’état civil qui a rédigé l’acte est Victor PERRET.

Puis pendant 42 ans on ne trouve plus trace de registre… et c’est seulement en 1919 que Marie Emerante ESPOSITO, institutrice, a enregistré les actes et ce jusqu’en 1944.

TOUHO dépendait de la commune de POINDIMIE et n’était qu’un simple bureau d’enregistrement d’état civil : mariages,  naissances,  décès.

En 1944, Henri RAPIN surpris que ce village ne soit pas considéré comme une commission municipale entreprit les démarches pour ce faire et c’est ainsi que le 1er  octobre 1947 le premier procès verbal de l’élection de la commission municipale de TOUHO fut enregistré et le premier registre des PV fut signé par M. DELTEIL, secrétaire général du Gouvernement.

La commission municipale cessa d’exister en 1964, véritable date de création de la commune. Les premiers bureaux de 1917 à 1956 étaient situés au domicile de M. RAPIN ; ils furent ensuite transférés au warf ou dock municipal, et c’est en 1963 que fut construite l’actuelle mairie.

L’état civil des autochtones fut quant à lui créé en 1934 par M. ROULEAU et le premier registre fut paraphé par M. Roger MAYLIE, chef de l’administration générale et la première naissance enregistrée fut celle d’Emile POUANINE, né le 30 décembre 1934 et déclarée le 8 janvier 1935. Les actes de naissance coutumiers ont été enregistrés par les gendarmes jusqu’en 1967, date de la création des communes de Nouvelle Calédonie. La responsabilité revint ensuite à la mairie alors que le statut civil particulier a été mis en place en 1967. En 1969, une loi spéciale relative à la création et à l’organisation des communes et des subdivisions administratives a été promulguée. A cette époque, Néophyté POUANINE était le premier magistrat et le sous-préfet était Jean Michel MENHERT. Le régime a été encore modifié en janvier 1977 et la commune a continué à d’évoluer au fil des changements de statuts.

Depuis 1964 les maires qui se sont succédé sont :

  • Auguste LEVEQUE  1961 1967
  • Néophyte POININE 1967 1971
  • Raymond ESPOSITO 1971 1983
  • Raymond PABOUTY 1983 1989
  • Daniel POIGOUNE 1989 1995
  • Kowi BOUILLANT  juin 1995 à juillet 1995
  • Daniel POIGOUNE 1995 à octobre 2002
  • Alphonse POININE maire depuis 2002.
Image-Paysage TOUHO

Aujourd'hui :

La commune de TOUHO compte 3002 habitants. Sur son territoire cohabitent 11 tribus qui parlent 3 langues vernaculaires. La commune compte un lycée professionnel avec un internat, deux écoles primaires publiques, une école primaire catholiques et deux écoles primaires protestantes. 50 % de la population de TOUHO a moins de 20 ans.

La commune développe sur son territoire une agriculture vivrière, il y a un pêcheur professionnel, une association, JAMELI, assure la promotion de la sculpture.

Indéniablement, la commune dispose d’un patrimoine propice au développement du tourisme. La préoccupation majeure de la municipalité est de doter toutes les tribus des équipements basiques nécessaires à une vie confortable. Ainsi 99% des tribus sont équipées en eau courante et électricité. De gros travaux d’adduction d’eau ont été mis en œuvre et la réalisation d’une station d’épuration et la création de réseaux d’assainissement sont en phase d’être initiées. La province Nord subventionne ce projet à hauteur de 120 millions de francs pacifique.

La commune compte deux sirènes d’alerte tsunami et va se doter prochainement de cinq autres sirènes car la majorité des tribus est installée sur la côte et donc soumise au risque de raz de marée.

En matière d’équipements sportifs la commune dispose d’un stade de football et participera aux jeux du Pacifique NC 2011.

La commune compte 30 agents, la secrétaire générale est Mme POADJIDJILIE qui travaille à la mairie depuis 20 ans en ayant successivement exercé les fonctions à l’accueil, à la comptabilité et au secrétariat général.

En matière de communication, la commune mutualise avec la commune de POINDIMIE la rédaction et l’édition d’une publication trimestrielle à l’attention des administrés des deux communes.

Demain :

Le maire a de grandes ambitions pour sa commune en matière d’équipements touristiques (création d’un hôtel) et d’aménagement (création d’un port avec des structures coopératives de transformation de poissons).

L’ambition de la commune est bien entendu de créer de l’emploi et du développement économique durable dans le respect de l’environnement à TOUHO. 

Alphonse poinine maire de touho

PORTRAIT D'ALPHONSE POININE,

MAIRE DE TOUHO

M. POININE est né voici 49 ans à Touho dans la tribu Tiouaé, dont il est lui-même petit-chef coutumier.

Ce fils de pasteur est allé à l’école privée jusqu’en 6ème  puis il intègre le collège de Bourail en internat. Il ne revenait à la tribu que pour les grandes vacances et devait parcourir de nombreux kilomètres à pied pour rejoindre sa famille car « quand il n’y a pas de bus on marche dit il non sans malice »…

Il avait de très bons résultats scolaires et était toujours le premier de sa classe. Ses ambitions étaient de devenir ingénieur mais les contingences matérielles de la famille firent qu’il entreprit une formation de bâtiments et travaux publics, ce qui aujourd’hui lui rend de fiers services quand il doit négocier ou surveiller les marchés de travaux publics.

Il est incorporé pour son service militaire d’abord à la Pointe Chaleix (Nouméa) puis est envoyé à Brest où il se distingue grâce à ses qualités footballistiques. Jeune, il pratique le football au stade PLGC, ensuite à la Vallée du Tir et enfin  à l’AS Touho.

Alphonse est marié et père d’une fille et de quatre garçons. Sa fille termine ses études d’ingénieur en aménagement et environnement à Strasbourg. Son fils aîné est en terminale pro et se destine à la conduite des engins miniers. Son second fils se prépare au métier de géomètre. Le troisième est en seconde scientifique et le petit dernier toujours en primaire, présente des dispositions pour intégrer le cercle coutumier.

Alphonse vit dans sa tribu, cultive son champ, est très fier de ses 4000 caféiers et possède 112 hectares de terres agricoles qu’il met à la location. Il possède un vieux bateau et pêche partageant ses prises avec la tribu. Il a un chien, consomme tous les produits de sa terre. Il lit beaucoup et est passionné en ce moment par le grand débat sur l’école calédonienne. Il a lui-même rédigé un projet « d’école nouvelle ». Il aime beaucoup lire des revues techniques et scientifiques. C’est un homme de la mer. Même s’il n’est pas indifférent à la terre. 90 % de son temps est consacré à son rôle d’élu.

Il n’est pas attaché à l’argent et redistribue son indemnité d’élu qui n’a pas été revalorisée depuis des années avec les membres de sa tribu.

Chaque lundi, il organise une réunion politique. Il est inquiet quand les gens ne possèdent pas le nécessaire élémentaire.

Pour ses loisirs, il aime le football et supporte les équipes de Hienghène et de Touho.

Il est tombé dans la politique quand il était très jeune et appartient au mouvement du Palika. Il estime que la contradiction est nécessaire à la construction d’une super structure politique et que les responsabilités se partagent grâce à la concertation.

Son idée philosophique est qu’il faut créer un capital « intelligence » à partir d’un capital « argent » et non pas le contraire car chaque individu possède un savoir-faire.

Il dit qu’il faut s’ouvrir au monde car on est tous des européens, il faut recréer de l’autorité au sein de la coutume et redonner leur place aux parents. Son rêve serait de construire une colonie océanienne autour d’un cœur qui serait le marché de la commune.

Il est allé en métropole à la Rochelle et à l’île de Ré pour visiter des installations d’ostréiculture car son grand projet serait de développer le port de Touho avec la création d’une usine de transformation des produits de la mer.Il a bien apprécié le pineau des Charentes et a estimé que l’accueil réservé par les « paysans français » était similaire à ce qu’il est en tribu.Il a aussi visité Fort Boyard.

Son mot préféré est « respect  » car il dit « tu gères tout avec le respect, la différence fait la richesse ».

M. POININE, homme de la terre et de la mer, est aussi un homme de cœur et de sourire.

 

La SG de TOUHO

creation : 20/05/2011 11:17

modification : 26/09/2013 11:35