Vous êtes ici :  Bienvenue sur le site de l'Etat en Nouvelle Calédonie / La Nouvelle-Calédonie / Les Elus / Communes / POINDIMIE

POINDIMIE

La commune de Poindimié  est située dans l’aire coutumière de Païcî-Camuki

Panneau-POINDIMIE.png (PAINT 60)

BP 9 98822 POINDIMIE

Tél : (687) 42 60 10

Fax : (687) 42 74 19

mairie-poindimie@canl.nc

Image-Mairie de POINDIMIE.jpg (PAINT 60)

LA COMMUNE DE  POINDIMIE

Hier :

En 1944 la commune ne compte que 5 habitants. Séduit par la beauté du site à l’immense baie, M. Dewez, un industriel, y crée les établissements de Poindimié en 1945. Ce n’est cependant qu’après la liaison routière avec Nouméa, en 1954 que le village prend son essor et s’anime réellement. Le barrage de Povilla fournit l’électricité nécessaire, et les ponts jetés sur la Tiwaka, l ’Amoa et la Tchamba ont mis fin à l’isolement des tribus dans les années 1970. L’ouverture de la transversale Koné-Tiwaka participe également au désenclavement de la région.. C’est également à Poindimié que les premiers missionnaires, partis d’Ouvéa, ont débarqué pour évangéliser la population de la Grande Terre.

Image-POINDIMIE.jpg (PAINT 35)

Aujourd’hui :

La commune de Poindimié  est située dans l’aire coutumière de Païcî-Camuki, district coutumier de Wagap au nord de la côte Est de la Nouvelle-Calédonie, à une distance de 305 km de Nouméa. Le point culminant Katalupaik se trouve à 1091mètres. La commune abrite désormais plus de 5800 habitants dont plus de 80 %de mélanésiens. 3500 habitants sont répartis dans les vingt deux tribus environnant le bourg.

Poindimié  (la commune la plus peuplée de la Province) considérée comme le chef-lieu de la côte Est s’est beaucoup développée ces dernières années surtout dans le domaine touristique C’est vrai que l’on y trouve aujourd’hui tout ce qu’un visiteur peut chercher. Les vallées de Napoémien – avec ses cascades –, d’Ina, d’Amoa, de Névaho ou de la Tchamba sont incontournables, tout comme les chutes de Pombeï sur la Tiwaka. La végétation luxuriante donne une dimension féerique au paysage, on y côtoie des centaines d'espèces végétales comme ces magnifiques fougères arborescentes. Un régal pour faire de belles randonnées pédestres ou équestres. Coté mer, Poindimié fait partie la "Zone côtière Nord et Est", inscrite sur la liste du Patrimoine mondial de l’UNESCO . La grande plage de Tiéti offre ses rouleaux aux enfants du coin pendant que les mamans ramassent des opercules (petits coquillages) dans le sable pour décorer des objets. Poindimié est aussi un aussi un hot spot de plongée sous-marine, réputé pour ses sites ainsi que pour la faune et la flore colorées que l’on y rencontre. On peut pêcher ou aller passer une belle journée de farniente sur le superbe îlot de Tibarama. Sans oublier de visiter l’église de Tyé, la chapelle Saint-Pierre d’Ometteux et l’église Saint-Paul, si vous êtes fan de monuments liturgiques… Dans cette région, la rencontre, le partage et le contact humain sont très faciles, et les gens extrêmement souriants et disponibles. Tout au long de la route, des petits comptoirs de fortune abritent des fruits et légumes et des produits artisanaux que vous pouvez acheter.

Poindimié est le village de la côte Est qui possède le plus de structures d’animations culturelles (école de musique, nombreux concerts, médiathèque, expositions d’artistes locaux…) et sportives ( une piscine, un club de tennis, badminton, stade, terrains de sports, salle omnisports et nombreux clubs associatifs. ) L’enseignement privé et public regroupe 2000 élèves répartis dans 10 écoles primaires, six maternelles, deux collèges, et le premier lycée de la Province Nord inauguré en 1998 suite aux accords de Matignon.

Dans le domaine de la santé, on trouve un centre hospitalier et des praticiens généralistes et spécialistes.

Poindimié compte de nombreux artistes et sculpteurs, mais aussi des musiciens et des peintres. Une superbe médiathèque permet à chacun de se connecter au wifi.

Bien que l’élevage ou la production de café soient encore très présents, le tourisme reste une priorité. La commune peut se venter d’avoir un beau parc  hôtelier et des gîtes qui accueillent toute l’année à l’intérieur des vallées. Poindimié s’est lancée dans un vaste programme de réfection des routes. Elle rencontre cependant comme un peu partout dans le Nord des problèmes dans la gestion des déchets. La commune compte 56  agents communaux.

 

Image-Case POINDIMIE.jpg (PAINT 20)

Demain :

Poindimié veut se doter d’une zone industrielle conséquente, accueillera des épreuves lors des jeux du Pacifique 2011 et la volonté du maire est de fournir à ses concitoyens le libre accès à tous les équipements  de base pour la vie quotidienne. Garder une certaine qualité de vie tout en maitrisant une économie durable et respectueuse de l’environnement, tel est le challenge de la commune pour le 21ème  siècle.

Photo-Paul NEAOUTYINE.jpg (PAINT 40)

Le maire : Paul NEAOUTYINE

Biographie

Paul Tyaou Néaoutyine est un homme politique indépendantiste kanak, né à la tribu de Saint-Michel (district de Wagap) dans la vallée d'Amoa à Poindimié le 12 octobre 1951, titulaire d'une licence et d'un DEA en sciences économiques, a enseigné comme maître auxiliaire au Lycée Lapérouse à Nouméa de 1979 à 1980 puis de 1983 à 1985, est devenu maire de Poindimié le 24 mars 1989 -le prédécesseur étant Francis Poadouy- puis le 2ème président de la Province Nord le 14 juin 1999 -le prédécesseur étant Léopold Jorédié-.

  • Carrière politique

Paul Néaoutyine s'est engagé tôt en politique. Sympathisant du groupe « Les Foulards Rouges » puis du « Groupe 1878 », premières organisations politiques porteuses de la revendication identitaire kanak dans les années 70, il est l'un des artisans de la création en 1976 du PALIKA (Parti de Libération Kanak) qu'il a contribué à structurer en 1980.

Dès la mise en place des régions crées par le statut Pisani-Fabius en septembre 1985, il devient, à la demande de Jean-Marie Tjibaou élu président de la région Nord, Directeur de son cabinet, fonction qu'il exerce jusqu'en fin d'année 1987. Il participe ainsi aux côtés de Jean-Marie Tjibaou à divers missions et contacts à l'extérieur tantôt pour la région Nord, tantôt pour le FLNKS, et notamment en 1986 devant l'Assemblée Générale des Nations Unies pour la ré-inscription de la Nouvelles-Calédonie sur la liste des pays à décoloniser.

Désigné en 1988 par le PALIKA comme membre de l'équipe de négociations du FLNKS, il participe à la gestion des évènements du début de l'année 1988 et contribue activement à l'élaboration des propositions du FLNKS pour les négociations de l'Accord de Matignon en juin 1988. Désigné ensuite par le PALIKA comme membre de la délégation du FLNKS pour la seconde phase de négociations en août 1988, il est l'un des signataires officiels de l'accord de Oudinot signé le 20 août 1988.

En mars 1989, Paul Néaoutyine conduit à Poindimié la liste FLNKS pour les élections municipales et remporte la majorité. Il est élu maire de la commune pour la première fois.

Second sur la liste FLNKS aux élections provinciales du 11 juin 1989, il est élu conseiller de la province Nord et du congrès du Territoire. Membre de la majorité provinciale, il est désigné président de la Commission du développement économique de l'assemblée de la province Nord.

Le 24 mars 1990 au congrès de Nakety, il est désigné président du FLNKS, un an après la disparition de Jean-Marie Tjibaou. Il exerce cette fonction jusqu'au 9 décembre 1995. 

Aux élections municipales de mai 1995, Paul Néaoutyine conduit à nouveau une liste FLNKS à la commune de Poindimié. Il remporte une fois encore la majorité et est à nouveau élu maire de la commune.

Aux élections provinciales du mois de juillet 1995, Paul Néaoutyine conduit une liste distincte de celle du FLNKS, la liste « Union Nationale pour l'Indépendance » (UNI), qui obtient 5 sièges. Réélu, il est reconduit dans sa fonction de président de la Commission du développement économique de l'assemblée de la province Nord.

En février 1998, il est désigné comme membre de la délégation du FLNKS pour les négociations sur le futur politique et institutionnel de la Nouvelle-Calédonie, à l'issue de la période des Accords de Matignon-Oudinot. Pendant toute la durée des discussions du 26 février au 21 avril 1998, il fut l'un des principaux négociateurs du FLNKS et est considéré comme l'un des principaux artisans de la conclusion de l'accord final, l'Accord de Nouméa signé le 5 mai 1998 dont il est signataire officiel.

Lors de la mise en place le 9 mai 1999 des nouvelles assemblées de province et du congrès de la Nouvelle-Calédonie issus de l'Accord de Nouméa le 9 mai 1999, Paul Néaoutyine conduit à nouveau une liste « UNI » en province Nord et obtient 8 sièges. Avec l'appui de la liste FLNKS conduite par l'Union Calédonienne, il est élu président de l'assemblée de la province Nord.

Le 11 mars 2001, lors du renouvellement des conseils municipaux, Paul Néaoutyine conduit une nouvelle fois une liste FLNKS qui remporte à nouveau la majorité. Il est élu pour la troisième fois maire de la commune de Poindimié.

Le 9 mai 2004, Paul Néaoutyine conduit une liste UNI-FLNKS aux élections pour le renouvellement des assemblées de province et du congrès. Sa liste remporte 11 sièges sur les 22 que compte l'assemblée de la province Nord et il en est à nouveau élu président.

En ses qualités de responsable politique du PALIKA et du FLNKS, de signataire des accords de Oudinot puis de l'Accord de Nouméa, Paul Néaoutyine a bien sûr exercé diverses fonctions de représentation politique à un haut niveau pour le compte du FLNKS et notamment :

•  pétitionnaire au nom du FLNKS devant l'Assemblée Générale des Nations Unies en décembre 1986, aux côtés de Jean-Marie Tjibaou, pour la ré-inscription de la Nouvelle-Calédonie sur la liste des pays à décoloniser,

•  chef de délégation du FLNKS, pendant sa présidence du mouvement, aux différents comités de suivi annuels des Accords de Matignon-Oudinot,

•  chef de délégation du FLNKS, durant sa présidence du mouvement, aux différents sommets du Groupe Fer de Lance Mélanésien et réunions annuelles du Forum des pays du Pacifique,

•  représentant du FLNKS à la réunion du Mouvement des pays Non Alignés à Djakarta en Indonésie en septembre 1992,

•  pétitionnaire au nom du FLNKS devant le Comité des 24 et la 4 ème Commission de l'ONU notamment en 1992 et en 2000,

•  chef de délégation ou membre de la délégation FLNKS aux séminaires de l'ONU sur la décolonisation en 1993 en Papouasie Nelle-Guinée puis à Cuba en mai 2001.

  • Autres fonctions

Ses mandats successifs de maire ont naturellement conduit Paul Néaoutyine à exercer des responsabilités à la tête de l'Association des Maires de Nouvelle-Calédonie qu'il a réorganisé en fin 1989. Il fut président de l'Association de fin 1989 à août 1995 puis de novembre 1998 jusqu'à août 2004.

Paul Néaoutyine est par ailleurs président de l'ICAP (Institut Calédonien de Participation) depuis 1993 et président de l'IAC (Institut Agronomique Calédonien) depuis décembre 1999.

creation : 06/07/2011 15:17

modification : 26/09/2013 09:37