Actualités

Remise des attestations aux élèves pairs du Lycée du Grand Nouméa

 
 
Remise des attestations aux élèves pairs du Lycée du Grand Nouméa

71 élèves de 2nde et de 1ère du Lycée du Grand Nouméa ont reçu une attestation officialisant leur titre "d'élèves pairs".

Ces jeunes "acteurs du bien être" ont été largement félicités et remerciés par le Vice-recteur et le Haut-commissaire de la République pour leur engagement citoyen.

Le dispositif des élèves pairs a été initié pour la 1ère fois à la Martinique, par le Préfet de la Martinique et la Brigade de Prévention de la Délinquance Juvénile (BPDJ) de la gendarmerie nationale.

LE PRINCIPE DU DISPOSITIF
Le conseil des pairs consiste à rendre les élèves acteurs de leur propre sécurité. Il permet à certains jeunes, éprouvant des difficultés à se confier à un adulte, de pouvoir se tourner vers un camarade de leur établissement, volontaire pour exercer cette fonction, et qualifié d’élève pair.
L’élève pair est dans un premier temps, évalué par un psychologue et il reçoit ensuite une sensibilisation particulière par les personnels de la BPDJ aux problématiques de sécurité et aux vulnérabilités pouvant être éprouvées par des jeunes dans leur milieu familial, social ou scolaire.
Les élèves pairs peuvent en effet jouer un rôle très important à l’adolescence et peuvent se révéler plus aptes que les adultes à comprendre des situations factuelles. Ils peuvent, en outre, intervenir avec plus de pertinence dans certaines difficultés de la vie scolaire.
Les capacités de certains jeunes à la médiation sont ainsi mises en exergue. L’objectif est de les rendre conscients de leurs facultés et de les aider à les développer, tout en veillant aussi à les rendre conscients de leurs propres limites (protection de l’élève pair).
Les jeunes qui acceptent cette fonction d’élève pair sont responsabilisés et participent différemment à la vie de l’établissement tout en apprenant à gérer des situations difficiles. Cette qualité d’élève pair doit les conduire à développer un sentiment d’appartenance et de reconnaissance ainsi que l’estime de soi. De plus, il contribue à l’apprentissage de la citoyenneté.
Le principal objectif de ce dispositif est de permettre de faire baisser les violences quotidiennes et les incivilités, qui participent à une détérioration de la qualité de vie au sein de l’établissement.

LE DISPOSITIF AU LYCEE DU GRAND NOUMEA
En Nouvelle-Calédonie, le dispositif est porté par Laurent Prévost, Haut-commissaire de la République, en partenariat avec Erick Roser, le vice-recteur, et le général Christophe Marietti, commandant la gendarmerie en Nouvelle-Calédonie.
Ce dispositif a été expérimenté pour la 1ère fois cette année au lycée du Grand Nouméa à Dumbéa dans des classes de 2nde de 1ère.
L’adjudante-cheffe Céline Cuvillier, commandant la Brigade de Prévention de la Délinquance Juvénile (BPDJ) et son équipe ont été chargées de sa mise en œuvre en lien avec l’équipe pédagogique de l’établissement, encadrée par Elisabeth Arnal-Blanc, la proviseure.
71 élèves ont été sélectionnés pour participer à la formation élèves pairs parmi les 89 volontaires - dont une majorité de filles. Le dispositif avait été présenté à l’ensemble des classes de 2nde et de 1ère, soit 32 classes équivalent à 800 élèves, y compris aux élèves internes.

PRINCIPAUX OBJECTIFS
Pour la gendarmerie nationale :

  • Disposer de relais au sein des classes qui sont en mesure de poursuivre la veille de sécurité auprès de l’ensemble des élèves de l’établissement ;
  • Aider les élèves pairs à créer un sentiment de confiance notamment avec leurs camarades les plus en difficulté et favoriser le maintien d’un bon climat dans la classe ;
  • Développer chez l’élève pair le souci de l’autre, son attention étant portée sur les élèves en souffrance ou présentant des comportements déviants (repli sur soi, baisse des résultats scolaires, fugues, etc.) ;
  • Faire diminuer la violence en modifiant les comportements et en développant la maîtrise de soi ;
  • Aider les élèves pairs à être des relais utiles entre leurs camarades et les adultes référents
    (correspondant gendarmerie – sécurité de l’école, brigade de prévention de la délinquance juvénile – éducateur de la protection judiciaire de la jeunesse, psychologue, réserviste, etc.) ;
  • Informer les élèves sur diverses thématiques présentant des dangers comme les violences, le racket, les armes, la toxicomanie, les dangers des multimédias et les violences sexuelles ;
  • Maintenir du lien avec les élèves pairs, par l’intermédiaire du gendarme formateur notamment, grâce à la tenue mensuelle au sein de l’établissement d’un point écoute gendarmerie.

Pour l’Education Nationale :

  • Responsabiliser les élèves à leur propre sécurité en organisant la régulation par les élèves pairs des relations entre élèves ;
  • Développer l’esprit de groupe et la solidarité entre élèves au sein des classes ;
  • Développer chez les élèves la faculté de résolution de conflits par le dialogue et non par la violence ;
  • Faciliter les échanges et améliorer les relations entre élèves ainsi qu’entre élèves et professeurs ;
  • Participer à l’éducation à la citoyenneté et au respect des autres ;
  • Créer un climat propice aux études ;
  • Entériner la fonction de pair par une reconnaissance particulière et valorisante.

LE PUBLIC VISÉ
Les élèves qui se portent volontaires et qui ont envie d’apporter une plus-value au climat de leur classe en instaurant des relations de confiance basées sur l’empathie et le souci de l’autre.

Le dispositif élèves pairs devrait être reconduit en 2021 et élargi à d’autres établissements scolaires.

118843631_3592914294109475_8073443648762207872_n