Actualités

Prévention de la délinquance : l'Etat aux côtés des collectivités

 
 
Prévention de la délinquance : l'Etat aux côtés des collectivités

A l'occasion du Conseil provincial de prévention de la délinquance de la province Sud, le haut-commissaire de la République a rappelé les engagements de l'Etat aux côté de la collectivité.

Au cours de l’année 2019, l’Etat s’est fortement engagé financièrement pour soutenir les actions portées par les collectivités dans le ressort de la province sud. Ainsi, 397 461 985 de francs ont été dépensé, répartis de la manière suivante :

 

  • 13 506 500 francs via le fonds d’investissement pour la prévention de la délinquance (FIPD) pour soutenir la mise en place d’actions à l’attention des jeunes exposés à la délinquance (alternatives citoyennes à Païta, chantiers éducatifs à Bourail et Thio), contribuant à améliorer la tranquillité publique (éducateurs de rue à Nouméa, médiation dans les transports à Thio, actions de sensibilisation au Mont-Dore), ou permettant de lutter contre les violences faites aux femmes (recrutement d’un intervenant social en gendarmerie, cofinancé à 50% par la province Sud). L’accent a également été mis sur l’équipement des polices municipales de Nouméa et de Dumbéa.

 

  • 383 955 485 francs via les contrats de développement, pour soutenir les actions de la province en matière de sécurisation des établissements scolaires  d’accompagnement à la scolarité et de chantiers d’insertion.

 

Par ailleurs un intervenant social en gendarmerie a été recruté. Le déploiement de ce dispositif sur le territoire est une priorité du ministère de l’Intérieur et s’inscrit dans une perspective globale d’amélioration de la prise en charge des victimes de violences intrafamiliales. Ce poste est financé à  parts égales par l’Etat et par la province Sud. L’intervenante sociale, qui a pris ses fonctions au mois de septembre évalue les besoins qui se révèlent à l’occasion de l’activité de la gendarmerie (interventions, dépôt de plainte) et réalise des actions de médiation sociale et d’orientation vers les dispositifs d’accompagnement de droit commun.

L’Etat a d’ores et déjà acté de nouvelles mesures, qui ont été présentée à l’occasion du conseil provincial de prévention de la délinquance, notamment :

 

  • Dans le domaine de la lutte contre les addictions, la Mission interministérielle de lutte contre les drogues et les conduites addictives (Mildeca) a donné son accord pour qu’une mission d’expertise soit diligentée en Nouvelle-Calédonie en 2020, pour accompagner le territoire et ses collectivités dans la définition d’un diagnostic et d’un plan d’actions qu’elle pourrait contribuer à financer.

 

  • Afin de sécuriser les transports en commun, des opérations de sécurisation renforcées ont été mises en place sur le réseau TANEO, anticipant la signature de la convention de coopération opérationnelle, prévue le 10 décembre. Par ailleurs, un travail sera engagé en lien avec le parquet, la province et les maires, en vue d’étendre le dispositif des alternatives citoyennes aux faits d’incivilité commis dans ou aux abords des bus. Ce dispositif permet de lutter contre le sentiment d’impunité, en apportant une réponse rapide, adaptée et plus systématique à ces faits (rappel à l’ordre par le maire, classement sous condition par le parquet). 

 

La discussion se poursuit sur le soutien à de nouvelles actions au titre des contrats de développement : maison des adolescents, structures d’accueil des femmes victimes de violence notamment.

 

Il faut souligner l’engagement sans relâche des forces de l’ordre sur le territoire de la province qui a conduit aux résultats suivants :

 

  • Des taux d’élucidation en forte progression : pour l’ensemble des atteintes aux biens, il passe de 19,54% à 31,66% pour la zone police. Ce taux atteint même 45,99% pour la zone gendarmerie. Autre illustration, un taux de résolution de 90,69% pour les vols de véhicules commis en zone gendarmerie. Enfin, 76,22% des faits d’atteintes à l’intégrité physique commis en Province sud ont été élucidés. Les délinquants savent à quoi ils s’exposent, ils seront interpellés par les forces de l’ordre et traduits devant la justice.

 

  • Les violences commises à l’encontre des forces de l’ordre témoignent de cet engagement : Si elles diminuent de façon significative en zone gendarmerie (de 58 à 33 faits, soit -43,1%), elles ont fortement progressé en zone police (de 66 à 94 faits, soit +46,97%).

 

  • Des vols de véhicules en diminution très significative de -36,84% (de 894 à 564 faits), qui concerne les deux zones de compétence.

 

Le haut-commissaire a par ailleurs pris connaissance avec intérêt des orientations présentées par la présidente de l’assemblée de la province Sud en matière de lutte contre la consommation excessive d’alcool, à l’origine de nombreux faits de délinquance et nombreux drames sur les routes.

Il a rappelé que l’éventuelle levée d’interdiction de vente les mercredi, samedi et dimanche après-midi, n’interdirait pas des mesures d’interdiction exceptionnelle à l’initiative de l’Etat ou de maires pour des raisons liées à la prévention des troubles à l’ordre public.